• Photo du mois

    Août 2018

    HENRI DE LA MARTINIÈRE ( 1859-1922 ). VOLUBILIS, 1888

    Détails
Autochrome Retour

Autochrome

La photographie en couleurs fut présentée officiellement par Auguste et Louis Lumière en 1907 sous le nom d’Autochrome Lumière. Les couleurs sont obtenues grâce à une trichromie composée de grains de fécule de pomme de terre et les couleurs primaires, vert, rouge, bleu. Chaque autochrome est donc une image unique. En France, Albert Kahn et les Archives de la Planète, en 1912, la Société française de photographie, rassemblent des opérateurs dont les plus connus sont Léon Gimpel et Jules Gervais-Courtellemont. La photographie autochrome était faite pour être regardée en projection. La reproduction sur papier révèle les subtilités de ce type de vision, et aussi son caractère d’objet unique: se voient en effet les imperfections de l’émulsion, les marques du temps. Jules Gervais-Courtellemont s’attacha à résoudre le problème de la diffusion des images prises en autochromie: le magazine l’Illustration en témoigne. Les vues prises « sur le vif » sont peu fréquentes, le procédé ne permettant pas les prises de vues rapides. Les « Visions d’Orient » de Jules Gervais-Courtellemont, seront projetées à Paris de 1908 à la fin des années 20. Le voyage au Maroc date de 1921, bien après cependant les premières prises de vues par Henri Chouanard, l’année même de la commercialisation du procédé, avant les missions envoyées par Albert Kahn. Lucien Roy, architecte des monuments historiques réalisa plusieurs campagnes photographiques en Afrique du Nord. Gabriel Veyre est une figure à part, puisqu’il s’installa définitivement au Maroc.

Illustration: Autochrome, Passet, portrait d'esclave 1917, Settat, musée Albert Kahn.
Mots clés: Autochrome, Passet, esclavage, Settat, musée Albert Kahn.