• Photo du mois

    Octobre 2018

    Abderrazzak Benchaâbane. Quartier Ben Youssef, Marrakech

    Détails
Techniques photographiques Retour

Techniques photographiques

1- Les papiers salés (1839-1860) sont obtenus par noircissement direct par contact avec le négatif. La préparation des papiers s’effectue par un salage suivi d’une sensibilisation au nitrate d’argent. Il offre des possibilités de variantes colorées (vert bleu et rouge) Le procédé a été de nouveau utilisé à la fin du XIXe pour son esthétique.

2- Les tirages au gélatino-chlorure d’argent ou au collodio-chlorure d’argent sont les premières émulsions sur papiers commercialisés à la fin du XIXe siècle et largement utilisés par les professionnels et amateurs. Ils sont également appelés « aristotypes ». Les tirages fournissent des images d’une très grande finesse, de tonalité brune, variant selon la nature du virage. Les émulsions au chlorure d’argent ont été abandonnées dans le début des années 20, au profit des émulsions au bromure d’argent qui ont une plus grande sensibilité et permettent des agrandissements de négatifs de petits formats.

3- Les tirages gélatino bromure.

4- Tirages albuminés: L’usage de l’albumine apparaît dès 1847 sur les plaques de verre. Le papier albuminé est le procédé le plus courant au XIXe siècle, introduit en 1850. Proche des papiers salés, il s’en distingue par l’usage de l’albumine qui donne au papier une surface luisante et de meilleurs contrastes. Les papiers albuminés n’ont été totalement remplacés par d’autres procédés de tirage, plus stables, que dans les années suivant la première guerre mondiale.

5- Photochromie: Voir Photochromie P.Z.

6- Autochrome: Voir Autochrome.

7- Tirages aux charbon: technique qui intègre de la poudre de charbon végétale dans la gélatine: voir Adolf de Meyer, Echagüe.

Illustration: Cavilla, Alexander. Tirage albuminé, circa 1890
Mots clés: Cavilla, albumine, Meyer, Echagüe, Passet, Chevalier, Chouanard, Veyre, Roy,