• Photo du mois

    Avril 2018

    Boris Maslow. La Qubba almoravide, vue intérieure de la coupole. 1948

    Détails
Nomade Retour

Nomade

« Petite tente des bergers Aït Yazza : L’espace couvert par la tente est rectangulaire. Au milieu, deux montants soutiennent la poutre faîtière qui sépare le toit en deux. Tout autour des montants plus petits maintiennent le bord du toit à une certaine hauteur ; de ces bords tombent des bas côtés formant murs, qu’on relève et abaisse à volonté. La tente est lourde. Quand elle est de bonne taille, il faut plusieurs bêtes pour la porter. Elle est le plus souvent en grosse laine teinte en noir et quelquefois en fibre de palmier main. Elle est très fraîche l’été et, grâce au feu de la cuisine, relativement chaude l’hiver. Des tribus de moyenne montagne comme les Aït Sokhmane y vivent sous la neige ».
« La couture de la tente est, en beaucoup de tribus, l’occasion d’une petite fête à laquelle prennent part les voisins. Les réjouissances s’accompagnent de gestes et de paroles, formant parfois comme l’ébauche d’un drame, qui ont pour objet d’empêcher les flijs de laisser passer la pluie. Chez les Aït Ndhir, par exemple, la tente montée, la maîtresse de la tente feint une grande colère et sort : » Qu’est ce qui te prend ? disent les voisines - La tente neuve fait des gouttières, répond-elle, je m’en vais ! Elles la ramènent en disant : « Par Dieu, reviens à ta tente, jamais plus elle ne laissera passer les gouttes ».
In : R. Thomasset: « Maroc central ».

« Les Zaïans ont une prédilection pour les cèdres du Moyen Atlas, au pied desquels ils vont camper en toute occasion. Dès que les neiges (car il neige sur les sommets marocains!) ont disparu, les tentes du douar apparaissent et pendant tout le printemps, les troupeaux brouteront dans le Moyen Atlas ».
In: R. Thomasset : « Maroc central »

Illustration: L.L. série numéroté, SCENES ET TYPES- Famille Nomade
Mots clés: tribu, tente, Maroc central, nomade